Prix Busiris pour Éric Besson

Jeudi 30 Avril 2009 – 12:08

Le travail finit toujours par payer.

Et cela faisait deux semaines que notre très cher[ 1 ] ministre au titre interminable œuvrait pour rentrer dans le club des happy fews où l’attendait déjà son prédécesseur .

Il l’avait déjà manqué d’un cheveu lors de son affirmation sur la crédibilité du GISTI et son délit mythique, mais dans son Grand Arrêt GISTI, l’Académie Busiris avait écarté le recours de l’association (Acad. Busiris, ass., 25 avril 2009, GISTI et autres , concl. Eolas, à paraître au recueil Tébonne et aux Grands Arrêts de l’Académie Busiris dès que Dalloz est intéressé) en retenant que l’affirmation était aberrante et mensongère, mais pas juridique, ce qui est un critère essentiel d’attribution du prix (v. dans le même sens : Acad. Busiris, ass., 10 nov. 2008,  »André Ride » , concl. Fantômette).

Le cabinet du ministre a donc pris en compte cette jurisprudence constante et a produit ce communiqué publié sur le site du Ministère -qui-a-beaucoup-de-I-et-un-peu-de-N, qui permet au ministre de remporter haut la main le prix tant convoité.

Passons sur la réitération de la décrédibilisation du GISTI. Wishful thinking comme disent nos collègues de l’Académie Française : ce n’est pas à force de le répéter que ça deviendra vrai.

Voici le paragraphe concerné (les gras sont d’origine) :

Éric Besson rappelle qu’en droit pénal, un délit n’est constitué que si son auteur a eu l’intention de le commettre. Or, en aucun cas, ce caractère intentionnel ne peut être constitué à l’égard d’un acte accompli à titre humanitaire. C’est pourquoi aucune poursuite ni condamnation n’a jamais visé une personne ayant accompli un tel acte.

Eh oui, j’entends déjà les parquetiers et les juges des juridictions pénales applaudir. Le silence venant des rangs des Mékeskidis étant embarassant, décomposons pour eux.

« un délit n’est constitué que si son auteur a eu l’intention de le commettre . » Jusque là, c’est bon. C’est l’article 121-3, alinéa 1er du Code pénal :

Il n’y a point de crime ou de délit sans l’intention de le commettre.

Notons que le reste de l’article n’est qu’exceptions à ce principe, mais aucune ne s’applique au délit d’aide au séjour, qui est un délit volontaire. Je vais revenir tout de suite sur le sens exact de cet article car le prix Busiris vient du fait que le ministre lui fait dire tout autre chose.

« Or, en aucun cas, ce caractère intentionnel ne peut être constitué à l’égard d’un acte accompli à titre humanitaire. » Voilà l’affirmation juridiquement aberrante. Elle est bien juridique car c’est du droit pénal. En quoi est-elle aberrante ? Faisons un peu de B-A-BA du droit pénal (c’est un des premiers cours de droit pénal général).

Une infraction, pour être constituée suppose la réunion de trois éléments.

L’élément légal : le comportement doit être incriminé par un texte antérieur à sa commission, qui doit définir le comportement ET prévoir la peine. Sinon, ce n’est pas un délit. Démonstration avec le cas Georges Frêche .

L’élément matériel : il faut un comportement caractérisé, qui peut être une action (frapper autrui, lui voler sa chose), ou plus rarement une omission (omission de porter secours, non dénonciation de crime…).

Et enfin l’élément moral de l’infraction : agir en connaissance de cause. Ce qui exclut le fou (de la condamnation, mais désormais plus du jugement ). L’élément moral peut changer la nature de l’infraction même si l’élément matériel est le même. Ainsi, lancer une pierre qui blesse quelqu’un et le tue : si vous avez imprudemment lancé la pierre sans vous assurer que personne n’était dans la trajectoire, c’est un homicide involontaire. Si vous l’avez lancé vers cette personne pour lui faire peur, ce sont des violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Si vous vouliez le tuer, c’est un meurtre. Pour le vol, l’élément moral est la conscience de ce que la chose appréhendée appartient à autrui. Pour l’escroquerie, c’est la conscience que la chose est remise par l’effet de la tromperie.

Et pour le délit d’aide au séjour irrégulier, l’élément moral est la conscience de ce que la personne que l’on aide est en situation irrégulière. Point.

Un principe essentiel du droit pénal, que j’avais rappelé à l’occasion de l’agression filmée dans un bus de nuit, est que les mobiles de celui qui commet l’infraction sont indifférents pour constituer l’infraction, sauf exception comme le mobile raciste. Le mobile est pris en compte une fois la culpabilité établie pour personnaliser la peine. Une illustration classique de cet état de fait sont les affaires dites d’euthanasie . Une personne en tue une autre. C’est généralement un proche, ou un soignant, mû par le désir de mettre fin aux souffrances considérées comme insupportables du patient (et peut-être aussi de ses proches…). L’opinion publique, aussi partagée fût-elle sur la question, est dans l’ensemble d’accord pour accorder une certaine indulgence à ceux qui commettent l’acte. Il demeure : c’est un meurtre. C’est pourquoi le docteur Tramois a été condamné à un an de prison avec sursis (la peine minimale, non inscrite au casier judiciaire qui plus est) pour avoir mis fin aux jours d’une patiente atteinte d’un cancer en phase terminale, et que le parquet a fait appel de l’acquittement de Lydie Debaine du meurtre de sa fille de 26 ans.

Donc, comme vous le voyez, l’élément moral d’une infraction peut être constitué même quand celui qui agit l’accomplit à titre humanitaire.

Revenons-en à notre délit d’aide au séjour. Voici la définition de ce délit ( article L.622-1 du CESEDA ) :

Toute personne qui aura, par aide directe ou indirecte, facilité ou tenté de faciliter l’entrée, la circulation ou le séjour irréguliers, d’un étranger en France sera punie d’un emprisonnement de cinq ans et d’une amende de 30 000 Euros.

La loi prévoit des exceptions ( art. L.622-4 du CESEDA ) :

ne peut donner lieu à des poursuites pénales sur le fondement des articles L. 622-1 à L. 622-3 l’aide au séjour irrégulier d’un étranger lorsqu’elle est le fait :

1° Des ascendants ou descendants de l’étranger, de leur conjoint, des frères et soeurs de l’étranger ou de leur conjoint, sauf si les époux sont séparés de corps, ont un domicile distinct ou ont été autorisés à résider séparément ;

2° Du conjoint de l’étranger, sauf si les époux sont séparés de corps, ont été autorisés à résider séparément ou si la communauté de vie a cessé, ou de la personne qui vit notoirement en situation maritale avec lui ;

3° De toute personne physique ou morale, lorsque l’acte reproché était, face à un danger actuel ou imminent, nécessaire à la sauvegarde de la vie ou de l’intégrité physique de l’étranger, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace ou s’il a donné lieu à une contrepartie directe ou indirecte.

Les exceptions prévues aux 1° et 2° ne s’appliquent pas lorsque l’étranger bénéficiaire de l’aide au séjour irrégulier vit en état de polygamie ou lorsque cet étranger est le conjoint d’une personne polygame résidant en France avec le premier conjoint.

Comme vous le constaterez, la loi ne prévoit aucune exception pour motif humanitaire. J’ajouterai que celui qui héberge son fils, son frère, son époux agit pour des motifs humanitaires : l’amour d’autrui. Or il a fallu l’exclure expressément de la loi. C’est donc que sans cela, il aurait été condamné. Et si vous doutez encore, sachez que c’est justement quand des juridictions répressives ont commencé à condamner des frères et des époux que la loi a été modifiée (vous trouverez copie de ces décisions sur le site du GISTI : voyez l’année 1996, par exemple).

Voici pour l’affirmation juridiquement aberrante, qui vaudrait à son auteur de redoubler sa deuxième année de droit ou de devenir conseillère à la communication du ministre, je ne sais pas ce qui est le pire (je plaisante, Laure, je sais que tu aurais préféré repiquer).

Le caractère facultatif du contradictoire et aussi présent, mais discret, en ce qu’Éric Besson affirme qu’un acte accompli à titre humanitaire serait accompli sans intention de le commettre. Humanitaire, folie, tout ça, c’est un peu la même chose, n’est-ce pas ?

La mauvaise foi est ici évidente, tant l’obstination du ministre à persévérer dans son mensonge avec l’abnégation du kamikaze, en calomniant au passage l’organisation la plus respectée en matière de droit des étrangers suscite l’admiration (tenez, encore aujourd’hui sur France Info ).

Enfin, le mobile (qui n’est pas indifférent au prix Busiris) d’opportunité politique l’emportant sur le respect du droit ne fait pas débat ici.

Un prix Busiris d’école, donc : un sans-faute. Ça valait le coup d’attendre.

Décidément, Éric Besson, c’est comme le délit de solidarité : s’il n’existait pas, il faudrait l’inventer.

Notes

[ 1 ] Trente deniers, c’est pas donné…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*