Prix Busiris à Henri Guaino

Mardi 16 Juin 2009 – 00:19

Et c’est un prix summa cum laude , s’il vous plaît. Du lourd, du très lourd.

Le Conseiller spécial, très spécial même précise l’Académie dans son communiqué, commentait la décision du Conseil Constitutionnel sur la loi HADOPI lors du Grand Rendez-Vous sur Europe 1, ce dimanche 14 juin. Et c’est un festival.

Écoutons-le. À ce niveau, ce n’est plus du Busiris, c’est de l’art. Tenez-vous bien c’est deux minutes de grand n’importe quoi non-stop.

Pendant que le SAMU réanime les Académiciens terrassés d’extase face à autant de sottises compressées en aussi peu de mot pour être diffusées à aussi haut débit, décomposons, et profitons-en pour éclairer ce pauvre Riton le Dérouté.

Tel les meilleures bières belges, le prix est ici triple. Tout d’abord, sur l’ironique remarque des révolutionnaires protégeant le droit d’accès à l’internet. Ensuite, sur le droit à l’internet mieux défendu que l’accès à l’eau et à l’électricité (ce qui accessoirement est faux, vous allez le voir) et enfin sur les principes de la déclarations des droits de l’homme et du citoyen, simples principes philosophiques et non juridiques.

Summa : les révolutionnaires n’ont pas entendu défendre l’accès à internet.

Personne ne l’a dit. Sauf un conseiller spécial de l’Élysée, ce qui revient au même.

Les Révolutionnaires ont entendu protéger la liberté d’expression, car elle est toujours la première attaquée. Par les despotes, bien sûr, mais aussi par tous les susceptibles qui trouvent qu’une langue occupée à autre chose qu’à lécher leurs bottes est une incongruité condamnable. Et même avec les meilleures intentions du monde, comme celle de ces artistes qui défendent leur gagne-pain et sont prêts au nom d’Euterpe à occire Polymnie.

La liberté de dire ce que l’on pense, c’est une chose. Mais la déclaration de 1789 ne se contente pas de cela. En effet, crier dans le désert ou être silencieux dans la multitude revient à peu près au même. La déclaration est donc plus précise. Ayons plus de curiosité que M. Guaino et lisons-là.

Article 11 : La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

La liberté d’expression s’entend comme la liberté de communiquer , ce qui suppose un émetteur et un récepteur. Elle recouvre le fait de parler, mais aussi d’écrire et d’imprimer librement. En 1789, imprimer s’entendait uniquement sur papier avant distribution. Aujourd’hui, imprimer s’entend directement de l’acte de publication, sans passer par la fixation sur papier (mais fixation il y a, sur un serveur d’abord, sur votre ordinateur ensuite). En quoi l’invention de l’informatique a-t-elle changé quoi que ce soit à cette situation ? Écrire sur internet ne serait pas écrire au sens de la déclaration de 1789 sous prétexte que ce beau jour de juillet 1789, on ne pouvait pas écrire sur un ordinateur ? Henri Guaino veut-il vraiment laisser entendre que la liberté d’expression ne saurait s’appliquer à l’internet car il n’existait pas à la fin du XVIIIe siècle, date à laquelle nos libertés auraient été à jamais figées en l’état ? Dois-je donc comprendre que je puis l’empêcher par la force de s’exprimer à la radio car les révolutionnaires n’ont pas précisé que la liberté de parler s’entendait aussi du droit de dire des sottises au micro d’Europe 1 ?

Henri Guaino commet ici une erreur classique : il ne peut pas concevoir que le droit s’adapte à son époque sans que le législateur n’ait besoin d’intervenir, lui qui en la matière tient plus souvent de la mouche du coche que de la colombe de Noé. Fort heureusement, les juges sont plus intelligents que M. Guaino, ce qui n’est guère les flatter, et eux ont compris depuis longtemps que la liberté de s’exprimer recouvrait toutes les formes, y compris les plus nouvelles. Et tout comme les révolutionnaires ont voulu défendre dans cet article 11 l’imprimerie, non par amour de l’encre pressée sur la feuille de papier mais parce que c’était l’outil qui permettait l’exercice de cette liberté qui sans lui ne serait qu’illusoire, le Conseil constitutionnel défend aujourd’hui le TCP/IP pour le même motif.

Puisque je ne risque plus la suspension de mon accès à internet en cas de piratage, je dirai que le problème de l’Élysée, c’est qu’elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l’enfance, dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine ni pour l’idée de progrès. À bon entendeur…

Cum : Le droit à l’internet, mieux défendu que le droit à l’eau ou à l’électricité.

Là, tous en chœur, poussons : “ Bouhou-ou ” aux journalistes présents qui laissent passer ce genre d’ânerie sans tiquer ou pire, en pouffant du bon mot. La moindre des choses, quand on est journaliste, c’est de s’offusquer quand on se paye votre tronche. Aliocha le fait très bien, d’ailleurs.

Comment l’eau et l’electricité arrive-t-elle chez vous ? Seule une personne ayant un jour vécu dans autre chose qu’un appartement de fonction, ce qui disqualifie visiblement M. Guaino, aura la réponse. Par un contrat d’abonnement. Oh ? Comme internet ? Eh ben oui, comme internet.

Que se passe-t-il si on ne paye pas sa facture d’eau ? On vous coupe l’eau. Que se passe-t-il quand on ne paye pas sa facture d’électricité ? On vous coupe l’électricité. Que se passe-t-il quand on ne paye pas sa facture internet ? On vous coupe internet. Admirez la différence de protection.

Allons plus loin dans le détail. Oubliez UNE facture d’internet et votre service sera coupé dans les 15 jours. J’ai testé. Oubliez une facture EdF et vous aurez une lettre de relance, puis une autre, puis un recommandé, et votre dossier sera transmis au service solidarité qui vous proposera un échéancier ou mille moyens d’éviter la coupure. Tous les avocats qui font du droit de la solidarité ont l’habitude de négocier avec EdF et savent qu’on trouve toujours une oreille attentive. La coupure d’électricité est rare, du fait des conséquences graves qu’elle peut emporter (plus de chauffage, plus de réfrigération des aliments et surtout plus d’accès à mon blog). Il en va de même de l’eau, qui a un rôle sanitaire essentiel. L’eau courante dans tous les quartiers évite bien des épidémies, et des factures d’eau impayées aboutissent chez l’assistant social plutôt que chez l’huissier.

Et revenons-en donc à la loi HADOPI. Que proposait-elle ? Qu’une autorité administrative puisse vous suspendre votre abonnement si vous n’empêchiez pas que celui-ci serve à télécharger, peu importe quel autre usage légal vous puissiez en avoir parallèlement. J’ai beau retourner mon journal officiel dans tous les sens, je n’ai pas trouvé de loi prévoyant comme sanction à un comportement illicite la suspension de l’abonnement à l’eau ou à l’électricité. Même pour les coupables de meurtre par noyade ou pire encore ces monstres à sang froid plus proches de la bête que de l’homme qui percent un trou dans leur mur à 8 heures un dimanche.

Conclusion : l’abonnement à l’eau ou à l’électricité est mieux protégé en France que l’abonnement internet, nonobstant la décision du Conseil constitutionnel sur la loi HADOPI.

Non seulement M. Guaino dit des sottises quand il critique la décision du Conseil constitutionnel, mais il en dit aussi quand il défend son point de vue. Et ce type conseille le président de la République, tout va bien.

Laude : En faisant référence à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen on n’est pas dans l’ordre du juridique mais dans la philosophie du droit.

Comme dirait Hans Kelsen réfutant le jusnaturalisme hobbesien d’un Carl Schmitt : « Et ta sœur, elle fait de la philosophie du droit ? »

La déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 n’est pas un texte de philosophie du droit. J’en ai lu beaucoup et ai adoré cette discipline qui m’a réconcilié avec la philosophie après une brouille qui a duré toute mon année de terminale, et je puis vous le dire bien haut : les textes de philosophie du droit ne se divisent pas en articles précédés d’un préambule, et ne s’intitulent jamais « déclaration des droits ». Ce sont les déclarations des droits qui sont rédigées ainsi, et c’est à ça qu’on les reconnaît (j’ai eu mention à mon épreuve de repérage de déclarations de droits en maîtrise).

La déclaration des droits de l’homme et du citoyen est un texte juridique. Les plus subtils d’entre vous auront sans doute perçu un indice de par la présence du mot “ droits ” au pluriel dans le titre. Ce texte consacre des droits et des libertés, en en faisant des faisant des droits et libertés intouchables par le législateur sauf dans les limites qu’elle prévoit. Principe-exception, l’essence même du raisonnement juridique. Je rappelle que le droit crée une créance, c’est à dire permet à son titulaire d’exiger d’autrui un comportement respectant ce droit, tandis que la liberté s’entend d’une interdiction d’interdire. Les droits reconnus par la déclaration de 1789 sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression (article 2). Les libertés consacrées par ce texte sont la liberté de conscience (article 10), d’expression (article 11), et de manière générale la liberté de faire tout ce que la loi ne prohibe pas et qui ne nuit pas aux libertés d’autrui (article 5). Bien sûr, c’est un texte héritier direct de la philosophie des Lumières. Mais c’est un texte qui traduit les valeurs des Lumières en principes de droit, en posant des règles générales, courtes et claires et en prévoyant strictement les exceptions qu’elles admettent.

Cette déclaration fait d’ailleurs partie intégrante de notre Constitution depuis 1958. Amusant de la part de quelqu’un se disant gaulliste que de vouloir ainsi liquider l’héritage de 58.

Assurément, on peut affirmer sans crainte d’être démenti ou de devoir présenter des excuses que l’homme de l’Élysée est assez entré dans l’Histoire, grâce à ce prix mille fois mérité. Fini désormais les scènes de jalousie dans le Salon Doré, quand Claude Guéant le faisait bisquer avec son Busiris à lui. Plus de jaloux, chacun le sien.

Monsieur le Conseiller, l’Académie vous présente ses félicitations les plus spéciales (au cube, ça va de soi) pour ce feu d’artifice, un dimanche qui plus est.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*